Premier voyage dans le Fouta

Premier voyage dans le Fouta. Ce que l’on vit et ressent là-bas est émotionnellement inexplicable.

A l’arrivée aux portes du désert, des dizaines et des dizaines d’enfants qui nous acclament et se précipitent sur nous. On n’imagine pas encore que ça va être comme ça à l’arrivée dans chaque village ! Les habitants jouent de la musique avec des bidons en plastiques et des plats en inox. Ils chantent, ils dansent et nous invitent à nous joindre à cette cérémonie d’accueil plus ou moins improvisée ! Chacun de nous devons danser au centre du cercle que grands et petits forment. Nous nous laissons prendre au jeu et nous dansons à cœur joie les uns après les autres, ou deux par deux ! Ensuite, c’est le moment de la cérémonie officielle avec les chefs de villages, les imams, et divers représentants dont la représentante des femmes du village… Beaucoup d’émotion à chaque fois, que certains tentent de cacher derrière ses lunettes de soleil…
Premières rencontres, premier repas, nous mangeons à quatre ou cinq dans un même grand plat, avec la main droite (la main gauche étant utilisée lorsqu’ils vont aux toilettes… lol), formant tant bien que mal des boulettes de riz ou de pâtes, et coupant la viande comme on peut ! De simples moments comme les repas, remplis de bonheur, de rires (grâce notamment à notre dextérité à former ces fameuses boulettes !) et de partage…
Tellement de bons moments… Monter à plus de vingt sur un pick-up pour aller d’un village à l’autre, chanter, rires, arriver et danser ! Rencontrer des gens d’une gentillesse et d’une générosité incroyable alors qu’ils n’ont quasiment rien ! Passer des après-midi entiers avec eux à discuter, à rires, à avoir des enfants tout autour de nous, accrochés à chacun de nos doigts, ou dans nos bras. Un de mes meilleurs souvenirs, la pesée mensuelle des bébés à Mafré !!! Ils accrochent un porte-bébé à une balance à suspendre qu’il attachent à un grand escabot, et c’est parti !!! Des bébés plus ou moins contents et surtout plus ou moins effrayés lorsque Joaquim les prend dans ses bras pour les placer !
Mais aussi, des choses difficiles… Personnellement, la condition des handicapés et des femmes m’ont particulièrement touché. Je ne peux pas parler de ce sentiment que j’ai ressenti… Sentiment d’impuissance.
Une expérience inoubliable, pleine de joie, de tristesse, de rires, de pleurs, d’émotions et de sentiments tellement forts.
Merci Freesalsa.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.